Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 19:26

Après que le train avait vomi son monde et était reparti dans un charivari de ferrailles ;

après que le monde avait déserté l’asphalte du quai, chacun vaquant vers son aléatoire

ailleurs, la jeune femme à la longue robe de traîne demeurait là sans y être.Voile-copie-1 

S’était-elle aperçue qu’il ne restait plus qu’elle ?

Sa longue robe de toile légère voletait sous les assauts irréguliers de la brise tiède, tantôt la gonflant comme une outre, tantôt plaquant ce corps, le rendant plus fragile encore.

Ses yeux, au-delà du monde, semblaient suivre la course des nuages dans le jour finissant, entraînant dans leur sillage de perle des langues aux teintes de feu.

Seule, elle ne l’était pas tout à fait.

Le jeune chef de gare, qui se demandait encore pourquoi on l’avait débarqué dans ce bourg de fin des temps, la considérait, la tête un brin penchée vers une épaule.

Il ne l’observait plus vraiment ; plus comme au début.

Il avait compris qu’autant que les soirs succèderaient au jour, la jeune femme, diaphane et aérienne, apparaîtrait telle une colombe illuminant de sa présence la crasse du quai. Faisant abstraction du reste du monde.

Seuls ses yeux rappelaient le noir bitume, juste quand le soleil, derrière l’horizon s’éclipsait dans une dernière farce.

Depuis qu’il avait repéré qu’à ce moment précis, les yeux auraient pu engloutir n’importe quel démon, le jeune chef ne s’était plus approché de la femme, pour lui proposer une quelconque aide.

Elle n’avait besoin de rien ni de personne.

Il aurait voulu la toucher, comme ça, juste pour savoir si elle existait dans ce monde, sur ce quai.

Elle était là, sans y être, jusqu’à l’instant où l’embrasement des cieux enflammait en elle une sourde fureur, confinant à la démence de celui qui peut tout, qui n'a rien à perdre, rien à gagner.

Elle aurait dévoré n’importe qui, n’importe quoi, pour ne pas se laisser happer.

Un jour, se disait-il, le mal qui la rongeait serait plus fort et elle en succomberait.

Pour l’heure, la silhouette vacillante s’estompait peu à peu, se fondait à la pénombre.

Juste après que la nuit avait absorbé le jour, dans un froissement discret, un dernier jeté d’étoffe blanche s’en allait au loin, en filigrane sur fond de rails à l’infini…

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure Lie - dans Pensées du jour
commenter cet article

commentaires

solenne et chloé 05/09/2010 23:33


chouette !!

C'est : http://fantastique.roman.over-blog.fr/

A bientôt le plaisir de te lire alors :)


Laure Lie 09/09/2010 13:25



Merci, j'y vais :)



solenne et chloé 01/09/2010 22:54


oui nous écrivons et postons comme toi sur notre blog

je sais que c'est pas simple, déjà rien que pour trouver des maisons d'édition à compte d'éditeur c'est un challenge


Laure Lie 05/09/2010 16:18



...je souscris...


C'est quoi votre adresse de blog ???



solenne&chloé 01/09/2010 13:04


whaou !

j'étais venue te proposer des échanges constructifs sur ce que nous écrivons, problème : je n'ai rien de constructif à te dire :) C'est à dire, rien à redire : tu as un style qui chante, la cadence
est agréable, le fond laisse rêveur

Bonne continuation à toi, peut être cherches-tu à être publiée ?


Laure Lie 01/09/2010 21:39



Merci, merci, merci...


Et toi, tu écris?


Pour la publication, ce n'est pas simple...



Présentation

  • : Nouvelles en vrac
  • Nouvelles en vrac
  • : Les Editions de Laure Lie en continuité du blog : http://jypdesign.info/laurelie
  • Contact

Profil

  • Laure Lie
  • « Mais elle est comment ? [...]
- Disons de taille moyenne…Pas une naine ni une girafe, heu…normale, quoi ! Jolie dans son genre… Sinon blonde ou brune, alors-là…C’est difficile à dire…en tout cas elle n’est pas rousse ! Encore que"
  • « Mais elle est comment ? [...] - Disons de taille moyenne…Pas une naine ni une girafe, heu…normale, quoi ! Jolie dans son genre… Sinon blonde ou brune, alors-là…C’est difficile à dire…en tout cas elle n’est pas rousse ! Encore que"

Texte Libre

Les textes de ce blog sont la propriété de l'auteur.

Ils ne sont pas libres de droit.

(Article L122 du code de la propriété intellectuelle)

Recherche