Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 17:56

Evidence cliché surfait

nous ne sommes pas parfait!

Tant qu'il ne s'agissait pas de nous.

Pas toi, pas moi.

Non, de nous.

De cet amour porté si haut

si souple acrobate et jongleur

que sur ses pattes toujours

il pouvait retomber...

Petit chat doux chaud pétillant

paisible et toujours présent.

Nous ne l'avons voulu tenu

vu vendu que parfait.

Si parfait que nous pouvions tout comprendre.

Si parfait qu'il rattrapait tout

que le ciel était clair au milieu des tempêtes.

Si parfait que nous n'avons rien vu

ni venir ni filer.

Nous n'avons pas deviné le virage à 180°

venu narguer notre naïve crédulité.

Nous n'avons rien anticipé nous avons dérapé.

D'un coup nos yeux se sont cernés

fatigués.

Combien de temps nous faudra-t-il

pour accepter que toi et moi, que nous

sommes incarnés

même si nous nous sommes trouvés

plus haut que nos mots

bien au-delà de nos maux

combien de temps, combien de vies

pour accepter?

Incarnés
Repost 0
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 10:22

C'en est trop!

C'est trop chaud trop froid trop amoureux trop rugueux trop chargé

merci c'est trop gentil!

Avis trop engagé, trop engageant

trop de jugements.

C'est trop pour l'un, pas assez pour l'autre.

L'autre comme une ombre de soi

trop présent, emprisonnant.

T'en fais trop!

Ces halos d'étrangers qui débordent sur soi

qui saturent l'intime

trop empoisonneurs, empoisonnants.

T'en fais toujours trop!

Pas d'objectivité, seule l'objectivation est possible.

Mais comment s'en sortir avec tous ces gens trop nombreux

trop souvent dans trop de sensations trop différentes?

La mesure est ardue, trop difficile

l'équilibre presque impossible à tenir.

Nous allons de compromis en compromis

les uns avec trop d'autres

avec parfois trop de soi!

Paradoxe profond qui nous fait souvent

trop mal cohabiter avec les uns

chavirer avec soi-même.

Trop mal...

...c'en est trop, c'est assez!

Boucle sans fond

bouches ouvertes qui ont trop faim

on pourrait tout recommencer

et se réécrire remplaçant trop par...

...pas assez...

Et sans fin ressasser, ressassez !

Trop c'est trop
Repost 0
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 07:31

 

C'était un matin ou un soir de rosée.

Je ne sais plus.

Ils étaient deux.

Dans ses cheveux il a déposé un baiser.

D'un amour tendre irradiant partout autour.

Sa main posée dans son cou, son regard disait tout.

Ce baiser ne m'était pas adressé.

Ce baiser, ce soir ou ce matin-là

Etait l'Amour incarné.klimt-le-baiser.jpg

L'Amour de tous les amoureux.

Lumineux eux deux

Et tous les autres dans leur lumière.

Ce matin ou ce soir, je ne sais plus,

J'ai dû quitter ce baiser.

Absolu, emplie, débordante,

Il m'a déchirée.

Il m'a apaisée.

 

Repost 0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 08:12

 

Jour après jour,

Le ciel, le feu, le vent, le beauBleu.jpg

On les a déjà bouffés

Emerveillés à s'en étouffer.

Alors après, que reste-t-il ?

Faut-il toujours recommencer?

Repost 0
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 06:27

 

Jour en panne

A grand peine

Matins gris qui se lèvent

Louvoient de mauvaise heure

Rythmés d'une incessante valse

De celles qui vous tournent le cœur

Celles dont les notes lourdes

Trop longues vous écœurent

Jour commençant à peine

Grinçant des dents

Paupières lasses

En attendant sa fin 

Tout au loin du chemin

Vous écharpe le cœur.

  Copie de DSC00025

 

 

Repost 0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 06:28

 

La nuit fait craquer l’herbe sous les pas

Saisit les corps et luit de givre.

Les haleines expirent leurs buées de vie exhumée

Dans la sainteté noire immobile et sans bruit.

 

Le jour va faire pâlir le monde.

Sera-t-il mouillé de cendres ou auréolé d’ambre ?

Nul ne sait encore sur quelle teinte s’éveillera  la beauté

Une beauté sublime, pure et profonde.

 

Pas celle de l’amant, de la dame

Quittant à regret leur désir comme leurs draps

Leurs illusoires atours ayant trompé l’amour

Croyant la veille briller de tous les feux des cieux.

 

Le filtre du matin va renvoyer l’homme la femme

A leur nature blafarde de mortels  avides et bientôt pourrissants

Leur intimer l’ordre de leur chair et leur sang

Gueux piteux qu’ils sont  de leurs confusions.

 

Le regard est joueur, enjôleur et malin

Ne voyant que le fard, les éclats, la parure

Quand tout un corps, une sève, un amour

Révèlent la perle subtile du plus profond de l’être.

 

Copie-de-P1050291.JPG

Repost 0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 06:55

 

N’être que vent et poussière

Filtrer le soleil de ses doigts

Sous ses pas écouter les voix.

Tout est là quand on le cherche ailleurs

Sous nos yeux juste en levant la tête

Un peu plus loin que l’ombre de nos pensées

Que les barrières que l’esprit n’ose ôter.

Libre d’embruns et de vaguesRaie-lumiere.jpg

De souffle et de lumière.

Libre de n’être que.

Libre dans les grains d’air

Dansant dans la lumière.

Naître que vent et poussière.

 

Repost 0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 15:25

 

Ce matin le ciel se pavanait en jaune rosé

J'y ai glané ce que j'ai pu

J’ai laissé les embruns de la nuit s’y dissiper

Autant de parcelles à ne pas être.

J’aurais voulu grandir pour toucher ce doré

Jusqu’à dorer mon âme la protéger.

Pourtant peut-on emprisonner une âme?

Au mieux de vent je pourrais l’épousseter.

Demain matin je reviendrai.

Et un autre matin puis un autre

Un autre…

Me teinter de toutes les parures du ciel

M’en nourrir m’en abreuver

Jusqu’à m’y dissoudre…

…en totalité…

 

Repost 0
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 09:07

 

Les chemins sableux

Les murets de pierre

Les coquelicots mûrs

Les sentiers en herbeCopie de Photo1364

Les champs doux dorés

Les sous-bois ombrés

Les vagues de blé

Le murmure des vents

Et tous les chants indicibles

Sous l’azur clair

Ou le ciel chargé

Là où s’épanouit

Le secret immuable

De la vie

                                                Ce bonheur

                                                                 A te partager…

 

Repost 0
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 21:19

 

Ce matin une lueur a percé

la chape s’est soulevée.

Est-ce toi qui de là-bas

porte un bout de mes noirceurs

un morceau de mes noires heures

soulageant  mon fardeau ?

Le ciel s’ancre de papier glacé.

Des forêts s’échappent les fragrances de l’humus.

Des arbres une fumée, de leur cœur la braise. Ecorce.jpg

Les futaies sentant la sève enfler

se laissent écorcer.

S’accrocher à la lumière qui point

pouvoir saisir le rugueux de l’écorce

un H, une hache en moins

et c’est la vie qui luit.

Laisser en soi s’apaiser l’écorché…

                                                                                                                            

 

 

 

 

                                                                                                                                              Photo:  http://maynys.over-blog.com/

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Nouvelles en vrac
  • Nouvelles en vrac
  • : Les Editions de Laure Lie en continuité du blog : http://jypdesign.info/laurelie
  • Contact

Profil

  • Laure Lie
  • « Mais elle est comment ? [...]
- Disons de taille moyenne…Pas une naine ni une girafe, heu…normale, quoi ! Jolie dans son genre… Sinon blonde ou brune, alors-là…C’est difficile à dire…en tout cas elle n’est pas rousse ! Encore que"
  • « Mais elle est comment ? [...] - Disons de taille moyenne…Pas une naine ni une girafe, heu…normale, quoi ! Jolie dans son genre… Sinon blonde ou brune, alors-là…C’est difficile à dire…en tout cas elle n’est pas rousse ! Encore que"

Texte Libre

Les textes de ce blog sont la propriété de l'auteur.

Ils ne sont pas libres de droit.

(Article L122 du code de la propriété intellectuelle)

Recherche