Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 10:43
Eléonore Billy en concert

Eléonore Billy en concert

"...Parce qu'attention, qui dit terroir ne dit pas forcément déjà vu et grosses caisses. Ce n'est pas parce que l'on connaît des instruments populaires comme l'accordéon, des tambourins et des violons, que l'on a tout entendu. Une fâcheuse tendance depuis les années 80 est de confondre traditionnel et folklorique. Grosse erreur. Là, point de dentelle aux cols des chemisiers des femmes, point de sabots, point de pantalons en côte de velours. Non, un répertoire qui peut être raffiné, oublié ou méconnu, venu d'ici et là ou de beaucoup plus loin. Certains airs et musiciens arrivant directement d'Italie, de Corse, des pays scandinaves ou du Québec. Sonorités chaudes, entraînantes, touchantes.

Quelques groupes se succèdent. On passe d'une grange à l'autre, d'une scène à l'autre, un gobelet de bière à la main. Comme dans tout festival qui se respecte.

Je m'assoie sur un banc. Changement de scène: on ajuste les chaises, les micros… c'est rapide, ce n'est pas un Zénith non plus! Instants de brouhaha, de paroles et de rire entre les uns et les autres. On partage ses impressions sur ce et ceux que l'on vient d'écouter, on se ressert un verre de vin, on comble l'attente.

Soudain tout retombe. Comme un soufflé, l'agitation s'écrase mollement, les bruits cessent. Une note, une seule, longue, ample, généreuse, obtient le calme, l'attention. Le respect. Puis une autre, puis une mélodie qui s'élance, sans chichis, sans prétention, qui n'est ni emphatique,  ni séductrice. Plutôt pure et venant d'un tréfonds, celui de la caisse sans doute, tout en résonance. Le genre de son, de timbre et de vibrations qui vous creuse les entrailles. Que vous n'avez pas vu venir, mais qui vous trifouille en un souffle.

Les notes se suivent, s'entremêlent, la mélodie s'envole peu à peu. C'est parti. C'est parti, mais moi je suis là, presque plombée. Ma carcasse pesant sur son fondement, alors que mon cœur et mes tripes, tout mon intérieur est aux abois ! Les notes vibrent, mon corps frissonne de toutes parts, n'en revient pas. Où suis-je partie, d'ailleurs?

"Mais c'est quoi cet instrument? C'est quoi cette musique?". Mon voisin n'est pas sûr. De toute façon, sur fond d'applaudissements, je comprends mal sa réponse. Il a sorti un nom compliqué, je ne le retiens pas. Juste mon souffle: la jeune femme entame le deuxième morceau. Peu à peu, j'écoute mieux, je regarde mieux. L'instrument est pour le moins singulier. Un clavier aux innombrables touches sur un manche tendu de nombreuses cordes, sur lequel se déplace la main gauche de la musicienne; un archet dans sa main droite vient frotter les cordes, que dis-je? Caresser, faire danser les cordes et tout l'instrument. Un genre de gros et long violon, au galbe moins élancé, peut-être un peu lourdaud. Au bois néanmoins chatoyant. Qu'importe! La musique, elle, est légère, pleine, entière, ne ment pas, s'élance avec honnêteté, nous regardant droit dans les yeux. Au fond de moi, elle fait trembler le plus sensible, le plus lointain, l'enfant qui est là mais qu'on enfouit toujours..."

                                                                                                Laurence Litique

Extrait de La Clarté sombre des réverbères (2), revue littéraire, Jacques Flament Editions, janvier 2015.

http://www.jacquesflamenteditions.com/166-la-clarte-sombre-des-reverberes-2/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Nouvelles en vrac
  • Nouvelles en vrac
  • : Les Editions de Laure Lie en continuité du blog : http://jypdesign.info/laurelie
  • Contact

Profil

  • Laure Lie
  • « Mais elle est comment ? [...]
- Disons de taille moyenne…Pas une naine ni une girafe, heu…normale, quoi ! Jolie dans son genre… Sinon blonde ou brune, alors-là…C’est difficile à dire…en tout cas elle n’est pas rousse ! Encore que"
  • « Mais elle est comment ? [...] - Disons de taille moyenne…Pas une naine ni une girafe, heu…normale, quoi ! Jolie dans son genre… Sinon blonde ou brune, alors-là…C’est difficile à dire…en tout cas elle n’est pas rousse ! Encore que"

Texte Libre

Les textes de ce blog sont la propriété de l'auteur.

Ils ne sont pas libres de droit.

(Article L122 du code de la propriété intellectuelle)

Recherche